La mise en synergie


L’idée d’adaptation s’impose comme un fondement de Fil Rouge. En 2005, Le dispositif a été créé pour proposer des réponses adaptées en soutien à l’inclusion des personnes présentant des troubles psychiques. Depuis cette notion d’adaptation s’impose comme une donnée transversale qui irrigue tant les dimensions structurelles qu’opérationnelles du dispositif. Elle est nécessaire pour prendre en compte :

 

– La singularité de chacune des personnes accompagnées et la dynamique de chacun des parcours de vie.

 

– Les évolutions des contraintes institutionnelles (économiques, contractuelles, réglementaires,…).

 

– Le contexte politico-économique et les mutations sociétales.

 

2013 illustre cette adaptabilité permanente qui n’est possible que par ce qu’elle s’appuie sur des fondamentaux solides.

La capacité de résistance dans la durée de toute chose tient autant de sa conception originelle que de l’attention que l’on porte à son entretien. Plus roseau que chêne, Fil Rouge se doit donc à la fois de cultiver sa souplesse, sa plasticité, son adaptabilité et de consolider ses encrages.

Ceux-ci sont :

 

– Territoriaux : s’inscrire comme acteur de l’inclusion sociale et professionnelle au niveau départemental et dans chacun des infra-territoires

 

– Structurels : Groupement de Coopération Médico-sociale, la puissance de Fil Rouge résulte de sa capacité à mutualiser les compétences nécessaires pour garantir la prise en compte globale de la personne. D’où la nécessité d’entretenir la vitalité de nos partenariats tant en interne qu’en externe.

 

– Conceptuels : l’intervention de Fil Rouge repose sur des modes opératoires formalisés qui s’appuient eux même sur des principes fondamentaux :

 

* développement des capacités d’autodétermination,

 

* dynamiques de réhabilitation (prioriser le développement des capacités plutôt que des réponses de suppléance),

 

* appui et renforcement du réseau primaire de la personne (priorités aux réponses de droit commun).

 

L’enjeu est, sur la base de ces fondamentaux, de maintenir une dynamique d’ajustement et d’enrichissement permanent dans un rapport dialectique pratiques/théories.

 

Ainsi, en 2013 malgré un contexte très défavorable en matière d’emploi, l’équipe n’a pas ménagé ses efforts pour soutenir celles et ceux qui souhaitaient et pouvaient accéder et/ou se maintenir dans un emploi en milieu ordinaire de travail. Aux difficultés particulières liés à la situation de handicap psychique se surajoute la nécessité de résister aux effets de la désespérance ambiante, au «s’il n’y pas de travail pour les autres alors pour nous…», au «dans le contexte actuel, l’AAH c’est déjà ça,…» et autres effets pervers. Dans ce contexte, même si l’on pouvait espérer mieux notons que 41 personnes ont accédé à un emploi, 74 contrats ont été signés et 124 personnes suivies en emploi.

 

Ces résultats sont loin d’être les seuls qu’il convient de prendre en compte. Pour certains, l’emploi peut ne pas être la priorité du moment. Le fait d’être soutenu dans cette prise de conscience et dans une meilleure prise en compte de leur santé, dans la recherche d’autres formes d’intégrations sociales devient l’objet premier de l’intervention de Fil Rouge.

Depuis 10 ans, le regard de la société sur le handicap d’origine psychique a sensiblement évolué. La loi de février 2005 y a notamment contribué. Si cette problématique est aujourd’hui un peu mieux prise en compte, son ampleur interpelle. Il y a tension entre la nécessité de proposer des réponses spécifiques et leurs intégrations dans les politiques du handicap. Au quotidien l’équipe doit composer avec ces réalités.

 

Malgré un rythme de travail très soutenue, nous devons saluer le travail des intervenants qui ont su préserver une constante mobilisation. Malgré les changements d’intervenants (congés maternité, affectations sur d’autres missions, congés formation,..), les usagers n’ont que peu été impactés et l’équipe a toujours préservé le cadre d’intervention, l’esprit et la forme des processus institués.

 

Une enquête de satisfaction a été réalisée début 2014 auprès des usagers de Fil Rouge (elle porte donc principalement sur l’activité 2013). Le taux élevé de réponse donne une bonne fiabilité aux indications relevées.

 

Au-delà des indices de satisfaction (très élevées) il apparait important de relever ce que les usagers nomment1 comme éléments essentiels de qualités :

 

– L’accueil : « attentif », « non-jugeant », « respectueux », « très bon accueil de l’équipe »

 

– Le temps

– savoir prendre le temps : en début d’intervention un entretien de plus de deux heures est proposé aux usagers ce format est largement plébiscité,
– « on peut aller à notre rythme »
– « même si c’est lent »
– « importance de la régularité »
– « de pouvoir avancer progressivement »

 

– Le référent d’accompagnement

-« sur qui on peut compter »
– « qui sait se rendre disponible »
– « qui écoute »
– « qui fait avec nos difficultés »

 

– Le cadre institutionnel

– « On sent une équipe derrière (le référent), des intervenants clairs »,
– « C’est bien organisé, ça fonctionne bien » .

 

Si adaptation doit rester un mot clé pour Fil Rouge, c’est bien pour préserver la conception d’un dispositif qui soit adapté aux besoins des usagers. Les usagers nous indiquent des éléments à préserver pour demeurer pertinent.

 

Alors que 2014 sera marquée par le déménagement du service, nous espérons l’accès à un nouveau programme européen2 pour financer une partie de notre activité. Deux événements qui nous inviterons à amender notre projet de services.

 

Dans l’enquête et lors de la réunion de restitution.

Le programme FSE « Compétitivité Régionale et Emploi » c’est terminé le 31/12/13, un nouveau programme 2014/2020 est en cours d’élaboration.